Retour à la page d'accueil
> 38 > Lacs Bessons (Alpe-d'Huez) > Roches et affleurements
Présentation
— Au niveau du parking, un escarpement rocheux permet d’observer vers l’ouest (photo ci-contre) ou vers le nord la succession de deux catégories de roches caractéristiques du secteur étudié :   

• Des roches cristallines (gneiss, granite) à la base.
• Des roches sédimentaires (grès, dolomies, calcaires)

• Les roches cristallines sont reconnaissables à la présence de cristaux bien individualisés, jointifs de quartz, feldspath et mica. Dans le cas du granite, ils présentent une structure grenue et dans le gneiss, ils sont orientés et forment des lits (structure cristallophyllienne). Ces roches sont les plus anciennes, elles constituent le socle cristallin, d’âge primaire, témoin de la chaîne varisque (hercynienne) qui a précédé le cycle alpin. Les roches du socle sont affectées de diaclases sub-verticales.

• Les roches sédimentaires sont d’âge secondaire, elles forment des strates parallèles, elles sont en discordance sur les roches cristallines du socle hercynien.  Pendant les dizaines de millions d’années qui séparent ces deux ensembles la chaîne varisque (hercynienne) a été érodée et transformée en pénéplaine. La série sédimentaire observable traduit une évolution des conditions de dépôt au cours du temps :
-  à la base, un grès de couleur blanche forme une couche de faible épaisseur. Les limites de bancs montrent des rides de houle, des pseudomorphose de baryte (à l'origine, il s'agissait de nodules d'anhydrite formés lors d'une phase d'évaporation intense, et remplacés ultérieurement pas de la baryte) et quelques empreintes tridactyles pouvant être attribuées à une piste de dinosauriens (M. Lemoine). Ces indices permettent de reconstituer un paléo-environnement de rivage. Ce grès est daté du Trias inférieur et discordant sur le socle pénéplané du Paléozoïque.

- au dessus vient un banc d’épaisseur variable (quelques dizaines de cm à quelques m) constitué de dolomie et de calcaire dolomitique parfois gréseux. Ce banc est reconnaissable à sa patine rousse («dolomie capucin»). Ce niveau correspond à des dépôts  sédimentaires de faible tranche d'eau : tempestites (matériel remanié lors de tempêtes), laminations obliques dues à des variations du sens des courants, stromatolites (couches construites par des cyanobactéries), ainsi que des pseudomorphoses de baryte. Cette formation dolomitique est datée du Trias moyen.
- la suite de la série sédimentaire n’est pas visible sur cet affleurement, mais peut s’observer dans le paysage depuis la route conduisant à l’Alpe-d’Huez. Elle consiste en une puissante formation marneuse (épaisseur de plusieurs centaines de mètres) très déformée. Ces marnes sont plus récentes, datées du Jurassique inférieur (Lias) grâce à des ammonites. La présence de ces céphalopodes indique un approfondissement du bassin de sédimentation.

Pistes d'exploitation pédagogique :

Réalisation d’un croquis de l’affleurement à proximité du parking.
• Reconstitution de la succession des paléo-environnements du Trias au Lias à l’aide des fossiles et des nombreuses figures sédimentaires : transgression sur la pénéplaine hercynienne, installation d’une lagune peu profonde, puis d’une mer nettement plus profonde au Lias (forte subsidence).
Accès
Localiser avec Google Maps
Carte géologique
• 09/2016 • Les auteurs • Les sources documentaires Aide
 Page précédente  Haut de page  Page suivante