Retour à la page d'accueil
> 05 > Col de la Pousterle > Panorama Tête d'Oréac
Présentation
— Le point d’observation de ce panorama est sur la piste forestière du col d’Anon, l’observation se faisant vers le Nord en direction du col de la Pousterle.

La stratigraphie et les roches (de haut en bas) :
calcschistes du Crétacé supérieur, de teinte orangée (série briançonnaise),
calcaire dolomitique du Trias moyen formant une barre rocheuse épaisse et grise, véritable ossature dans le paysage, surmontée d’une mince bande de Jurassique supérieur très condensé et non visible à l’échelle du paysage (série briançonnaise). Sous ces calcaires dolomitiques, une couche de quartzites du Trias inférieur, plus sombre, est visible.
schistes noirs de l’Éocène (flysch noir, série Sub-Briançonnaise), peu visibles car masqués par des dépôts morainiques, mais formant un relief assez « mou » qui contraste avec les falaises triasiques sus-jacentes (série briançonnaise).
• Vers le nord-ouest, la Tête d’Oréac se prolonge dans le paysage par la crête des Prés des Bans et le sommet de la Pendine (2750 m). L’affleurement montre de nombreux plis qui affectent les grès du Champsaur (Nummulitique) situés sous le flysch noir sub-briançonnais (âge ?) (non visible sur photo).

Les déformations sont de deux types :
• Les calcschistes du Crétacé supérieur reposent en contact stratigraphique sur les calcaires dolomitiques du Trias moyen et les grès du Trias inférieur. Cette série sédimentaire repose sur les schistes noirs de l’Eocène ; il s'agit contact tectonique dont le pendage est d’une trentaine de degrés vers l’Est. Cet ensemble  correspond au chevauchement des nappes briançonnaises sur le domaine Sub-Briançonnais témoin d’un raccourcissement de direction Est-Ouest initié à partir de l’Oligocène moyen (autour de 30 Ma).
• Cet empilement est lui-même recoupé par des failles normales de rejet pluri-décamétrique délimitant des blocs. Une vue d’ensemble montre que les limites stratigraphiques (Trias inférieur/Trias moyen en mauve, Trias/Jurassique en orange), ainsi que le chevauchement basal de l’écaille (vert) sont coupés et décalés en dominos plus ou moins basculés par les failles normales (blanc). Ce rejeu en extension n’est pas daté avec précision (probablement Miocène d’après P. Tricart et al – 2001).
Accès
Localiser avec Google Maps
Carte géologique
• 10/2017 • Les auteurs • Les sources documentaires Aide
 Page précédente  Haut de page  Page suivante